SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas
Isère / Savoies
  • Grenoble
  • Chambery
  • Annecy

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

VITRAUX DU PÈRE LOUIS RIBES : LA MAIRIE DE CHARLY S'ENGAGE À LES RETIRER

Mercredi 25 Janvier - 16:00

Société


L'église de Charly compte 11 vitraux réalisés par le Père Ribes. - © Léa Duperrin / Radio Scoop
La mairie de Charly dans le Rhône, s'est engagée ce mardi 24 janvier à retirer 11 vitraux de son église, selon la volonté des victimes du père Louis Ribes. Prêtre et peintre, il est accusé par des dizaines de personnes d'actes pédocriminels.


Charly, petite commune du Sud de Lyon, 4.471 habitants. Avec ses ruelles, son vieux lavoir, sa mairie... et son église. À l'intérieur, 11 vitraux sont signés Louis Ribes et datés du milieu des années 70.

Décédé en 1994, le prêtre est aujourd'hui accusé par des dizaines de personnes d'actes pédophiles, dans la Loire, le Rhône et l'Isère. En tout, une cinquantaine de plaintes ont été déposées. L'association BeBrave et le collectif de victimes du père Ribes se bat désormais pour que soient retirées les œuvres du prêtre. Plusieurs églises de la région sont concernées, qu'il s'agisse de tableaux ou de vitraux.

►Actualité

Affaire Ribes : les victimes du prêtre pédophile unissent leurs voix

Pour la première fois, les victimes du Père Louis...



Soutenir les victimes dans leur volonté de retirer les vitraux


"Notre positionnement n'a pas changé depuis un an, date à laquelle nous avions été informés de cette terrible affaire", indique le maire de Charly, Olivier Araujo. "Dès le départ, nous avions lancé un appel aux victimes pour échanger, savoir ce qu'il pouvait advenir des vitraux."

À l'époque, la dépose des vitraux n'est pas immédiatement demandée, souligne l'élu. Entre temps, les échanges ont aussi lieu avec les habitants de Charly, les paroissiens... "De nombreux témoignages nous incitent à faire la part des choses entre les œuvres d'art, si l'on peut dire, et le personnage odieux qu'a été son réalisateur. Il y a un vrai sujet."

Olivier Araujo souhaite aujourd'hui associer les victimes au processus qui sera défini, y compris si la dépose est actée. Une réunion de travail, en présence des associations, doit se tenir ce jeudi.

Reste à évaluer le coût que représentera la dépose des vitraux, des devis sont en cours. Pareil pour le remplacement des œuvres, qui pourrait intervenir dans un second temps.