SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas
Isère / Savoies
  • Grenoble
  • Chambery
  • Annecy

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

BOOBA S'ATTAQUE AU "MONDE TOTALEMENT FAKE" DES INFLUENCEURS

Lundi 1 Aout - 18:00

Buzz


Booba, un des rappeurs les plus connus en France - © LP
Connu pour ses nombreux clashs avec d'autres célébrités, le rappeur Booba se lance dans une autre lutte. Celle de dénoncer le monde des influenceurs.


Dans un entretien accordé à Libération, Booba dévoile sa lutte personnelle. Dans l'interview, il se qualifie de "lanceur d'alerte" et dénonce le "monde totalement fake" des influenceurs. Il accuse ces stars des réseaux sociaux de se "remplir les poches en vendant des saloperies en dropshipping" à des adolescents. Pour rappel, le dropshipping consiste à vendre plus cher des produits de mauvaise qualité, achetés sur des sites comme Aliexpress.

Selon Libération, le rappeur a déjà déposé deux plaintes pour "pratiques commerciales trompeuses" et "escroquerie en bande organisée" et vise particulièrement Magali Berdah, connue pour être la manageuse des stars de la téléréalité.
De son côté, cette dernière l'accuse de harcèlement et de diffamation. Elle a notamment fait fermer le compte Instagram de Booba, alors qu'aucun influenceur n'a fait l'objet d'une sanction.

Booba a réagi : "C'est un truc de fou, la suppression de mon compte Instagram. Je dénonce les escrocs et on ferme mon compte au lieu de les empêcher de voler" [...] Ça ne peut pas être un modèle pour la jeunesse d'être débile, refait et moche à ce point [...] Moi ça ne me fait pas rire de les voir à la télé dans des émissions minables, ne sachant même pas parler français".

Booba ne va rien lâcher


Il a ouvert une boîte mail "Influvoleurs2022" pour récupérer un maximum de témoignage et a lancé le hashtag #influvoleurs sur les réseaux sociaux. "C'est déjà bien avancé, on a des centaines de cas, de jeunes, des mères de famille... C'est du solide, y'a du gros", avance le rappeur.